Objets connectés

Les objets connectés, également appelés Internet of Things (IoT) ou Internet des Objets (IdO) représentent l’expansion de l’internet à des choses ou à des lieux du monde physique.

Il existe plusieurs définitions de ces objets connectés, ou IdO, dont la plus pertinente est « l’internet des objets est un réseau de réseaux, qui permet via des systèmes d’identification électronique normalisés et unifiés, et des dispositifs mobiles sans fil, d’identifier directement et sans ambiguïté des entités numériques et des objets physiques et ainsi pouvoir récupérer, stocker, transférer et traiter, sans discontinuité entre les mondes physiques et virtuels, les données s’y rattachant ».

Il s’agit d’objets permettant ainsi d’apporter une valeur supplémentaire via une connexion internet, ce ne sont donc pas de simples périphériques informatiques.

Un des premiers objets connectés fut la Lampe DAL en 2003 qui s’illuminait de différentes couleurs en fonction de la météo, la bourse,… En 2005, le Nabaztag, appelé aujourd’hui Karotz, devint l’icône des IdO. Il s’agit d’un petit lapin connecté en hi-fi qui lit les mails, émet des signaux visuels,…

Parmi les usages variés des IdO, on peut les retrouver dans les domaines de la e-santé, la domotique, etc. Un des enjeux majeurs des IdO est la protection de la vie privée, le droit de propriété ou encore les impératifs de sécurité et protection de données.

En effet, si un objet connecté utilise la position d’une personne ou son rythme cardiaque, les aspects juridiques français devraient davantage superviser ces aspects, ce qui donne ainsi lieu à divers débats d’experts.